Une fois que les cafards se sont fait une place au sein de la maison, il peut être très difficile de les expulser. Ils peuvent grignoter votre nourriture, endommager votre papier peint, les livres, et l’électronique. Il faut donc s’attaquer à ces anti punaise de lit pour les empêcher de revenir en choisissant une approche intelligente, à base d’insecticide, trappe ou barrière qui fonctionnent généralement très bien. Suivez, sans plus attendre, les conseils suivants.

Nous allons vous montrer qu’il n’est pas impossible de se débarrasser une bonne fois pour toute des cafards et autres nuisibles qui ont pris place chez vous. En fait, grâce à des techniques simples et efficaces, vous allez pouvoir dire au revoir pour de bon à tous ces nuisibles.

1. Comment vivent-ils ?

En France, seules 4 espèces peuvent vivre dans nos maisons. puces de lit les cafards y cherchent refuge, c’est parce qu’ils sont originaires de pays chauds et qu’ils ne peuvent survivre à l’extérieur en hiver. Il existe aussi une quinzaine d’espèce dans la nature (ce qui est très peu car il y a plus de 4 000 espèces dans le monde) qui, ils, survivent en hiver.

Voici nos 4 espèces domiciliaires :

- La Blatte américaine est la plus grande (2,5 à 3,2 cm). Elle vit dans les endroits très chauds et humides (serres, égouts… ). Mais elle meurt dès qu’il fait trop frais et ses populations sont limitées à ces endroits. Malgré son nom, elle est originaire d’Afrique et c’est cette grosse blatte que l’on rencontre partout dans le monde lorsqu’on voyage et que l’on va dans des hôtels ou des restaurants pas très chers…

- La Blatte orientale mesure de 2 à 2,8 cm. Elle est assez sombre et seuls les mâles ont des ailes. Elle est moins fréquente que la Blatte germanique mais se retrouve dans les mêmes lieux.

- La Blatte des meubles mesure de 1 à 1,4 cm. Société de désinsectisation arrivée en Europe il y a seulement 20 ou 30 ans. Elle peut vivre dans les endroits chauds et secs comme dans les appareils produisant de la chaleur (radio, télé,… ). Elle est plus rare.

- La Blatte germanique est la plus commune dans nos habitations. Comme les 3 espèces précédentes, elle suit l’homme dans ses déplacements, transportée dans les marchandises, les cageots, les bagages, etc. Elle est plutôt petite (1,1 à 1,4 cm), beige et les adultes ont des ailes qui ne leur servent qu’à planer lorsqu’ils sautent d’une certaine hauteur. Comme toutes les blattes, la femelle place ses œufs – de 30 à 40 – dans une espèce de capsule, l’oothèque. Une dizaine de jours après l’accouplement, cette oothèque se forme petit à petit à l’arrière du corps de la femelle en 24 heures environ. Chaque femelle en fabriquera successivement quatre. Chaque oothèque reste « accrochée » à la femelle pendant plus de 20 jours.

Il est donc possible d’apercevoir des femelles avec cette espèce de capsule dépassant à l’arrière de leur corps. Ensuite, l’oothèque est déposée dans un coin et les jeunes en sortent à la recherche de nourriture, restant parfois quelque temps près de leur mère et se protégeant sous ses ailes.