Le courage, c’est d’avancer avec sa peur
Il ne s’agit donc pas d’ignorer nos peurs, mais d’avancer avec elles et d’aller de l’avant sans se laisser paralyser. “Quand vous passez le concours, explique le Dr Chantal Régnier aux étudiants en première année de médecine, vous avez peur et c’est normal. Ne vous dites pas que c’est nul d’avoir peur, mais quand vous arrivez à votre table le jour J, imaginez que vous posez votre peur sur la table devant vous et que vous l’enfermez dans une boite. Puis mettez mentalement la clé dans votre poche, et mettez-vous au travail.”

“Le vrai courage est bien de tenir ce qu’on a décidé de faire, avec sa peur”, confirme le Dr Pascal Ide, prêtre, docteur en psychologie et philosophie. Les Anciens considéraient le courage comme une force d’âme qui permet d’accomplir ce qui est bon malgré la peur. Mais c’est une vertu qu’on peut tout à fait acquérir “.

Ne vous dites donc pas que vous êtes lâche, peureux, craintif(ve), nul(le) ou “pas cap”, mais prenez plutôt, pas à pas, le sentier du courage.

Apprivoiser ses peurs, les regarder en face
Comment affronter ses peurs ?
Plutôt que de fuir, invitez votre peur à votre table et regardez-la en face. Au fait, savez-vous reconnaître les signaux corporels qui indiquent l’arrivée de cette invitée indésirable ? Gorge qui se serre, boule au ventre, cœur qui bat, mains moites, maux de tête… Chacun a ses alertes personnelles qu’il est utile de connaitre.

Mais au lieu de chercher à chasser ce mal-être, par exemple en allant faire la fête ou en rentrant dans votre coquille, acceptez de rester un peu avec vous-même : vous avez peur, oui, mais de quoi exactement ? Que craignez-vous ? Et d’où vous vient cette crainte ? Il n’est pas toujours aisé de le savoir car nos peurs les plus profondes viendraient de traumatismes vécus dans l’enfance et même dès le ventre de notre mère !

burn out , selon le psychologue Jacques Salomé, “derrière toute peur, il y a un désir” et “Il est donc possible de reformuler une peur, en exprimant le désir ou le besoin qui en est à l’origine”. Par exemple, la peur de s’engager dans une relation amoureuse durable peut être due à un très fort désir d’indépendance et de liberté.

Regarder ainsi sa peur en face est la première marche, capitale, pour l’apprivoiser. phobie sociale “Chemin de traverse”, Nicolas Hulot raconte ainsi comment à 18 ans, un soir de Noël, il découvre le corps de son frère, enroulé dans un tapis dans la cave sombre de son immeuble. Et comment le lendemain, il se force à redescendre dans cette cave, pour exorciser sa peur. Une expérience marquante qui lui permettra par la suite d’affronter bien d’autres peurs…

Fuir les projections de l’imagination
Comment affronter ses peurs ?
En général, nous avons peur d’une chose qui n’est pas encore là mais que nous craignons par avance. Certains sont maîtres dans l’art d’imaginer le pire et de décupler ainsi leur angoisse. Et l’on peut dépenser une énergie folle à se faire peur et à fuir les situations qui nous angoissent.

formation confiance en soi de nous projeter dans l’avenir, revenons au présent. Il comporte certes une part d’incertitude, mais nous laisse aussi une grande latitude pour agir positivement. Plutôt que de craindre toujours que la personne aimée lui vole sa liberté, Maxime peut par exemple essayer de mieux dialoguer avec elle pour construire un couple équilibré.